169) Journée du nu sur Facebook


Archives, 23/05/2013 

Garçon androgyne sous la pluie après un bain de boue 



‘Garçon androgyne sous la pluie après un bain de boue’,
photo numérique retravaillée. © Eric Itschert.



Le 20 mai 2013 s’est déroulée « la journée du nu sur Facebook ». J’y ai participé puisque dans mon art, c’est tous les jours « la journée du nu » y compris sur Facebook :D 


Durant cette journée un grand nombre d’artistes et de sympathisants ont protesté contre la censure du nu sur Facebook en publiant une photo de nu. Le créateur de l’événement, le Français Alain Bachellier, expliquait qu’il voulait lutter contre "ces censures ridicules qui bafouent les règles élémentaires de notre liberté d'expression au nom d'un puritanisme ou de règles morales d'un autre âge". La date de cet événement correspondait à la dernière journée du Festival européen de la photo de nu qui se tenait jusqu'à ce lundi 20 mai 2013 à Arles. (Nouvel événement en 2018)


Censure arbitraire sur Facebook



Ce qui m’effraye, c’est le côté totalement arbitraire de cette censure sur Facebook. On ne connaît pas le nom des censeurs. Ils ne doivent ni rendre des comptes ni se justifier de leurs actes. La personne dont le compte se trouve bloqué ne peut pas se défendre. La plupart du temps on est soumis à un double arbitraire : une plainte anonyme et puis une mise au pas par des algorithmes aveugles. Pour ma part je pratique une certaine forme d’autocensure. Mais parfois l'autocensure ne suffit pas devant l'inculture et la bêtise de certains. On peut se demander ce qu'il y avait de particulièrement tordu dans la tête du plaignant qui a fait censurer la pochette de l'album Nevermind de Nirvana


Une confusion entretenue



Mais d’autres choses m’inquiètent encore plus. Beaucoup de personnes sont tout à fait incapables de faire la différence entre une photo de nu tout à fait naturelle et de la pornographie. Pour elles nu = sexe et donc nu = pornographie ! Or combien de civilisations n’étaient pas habituées à la nudité ! En Amazonie encore, des tribus indiennes entières vivent entièrement nues. 


Paradoxalement dans le milieu de l’art contemporain mondain certains intellectuels s’emploient à rajouter encore de la confusion à la confusion. Au lieu de considérer la nudité comme naturelle, comme un élément constitutif de notre liberté, ils l'utilisent comme provocation. Pensons aux 'Femen' qui vont se dénuder dans des lieux de culte: elles utilisent la nudité comme arme, comme moyen d'agression. Dans les faits elles ajoutent de l'eau au moulin des censeurs et des pudibonds.


L'Origine du monde



En général j’aime l’œuvre de Gustave Courbet. Mais aucun artiste n’est à l’abri de créations malheureuses. Ce n’est pas parce que le tableau « l'Origine du monde » est de Gustave Courbet que je vais m’extasier devant cette croûte tout juste bonne à être mise au rebut dans un marché aux puces ou comme décor dans un bordel de quatrième zone. Là aussi on assiste à l’arbitraire : dès qu’une œuvre reçoit l’étiquette « œuvre d’art » et qu’elle est « sanctifiée » par sa présence dans un musée elle peut se permettre d’être totalement vulgaire. Bien sûr elle sera moutonnesquement encensée pour son "audace". Question "audace" je préfère alors les fresques que l'on a découvertes dans un lupanar de Pompéi... Décidément, on n’est pas sorti de l’auberge…


Le titre du tableau "l'Origine du monde" a été collé après-coup, arbitrairement, sur une toile qui n'était pas destinée à être montrée au grand public. Titre rajouté, tableau dévoilé sans la permission de l'artiste (mort), tout montre l'irrespect du monde de l'art contemporain mondain envers les artistes en général et Gustave Courbet en particulier. Cette toile (non découpée car de format standard) montre une femme bien en chair, blafarde, les jambes ouvertes, réduite à être un objet car sans visage, résumée à être un sexe sans âme. Des historiens d'art givrés ont été jusqu'à rechercher l'identité du modèle, rajoutant encore une couche à l'irrespect: si un modèle ne désirait pas être reconnu il faut respecter son désir! Entre les Femen d'une part et ce tableau machiste d'autre part, des siècles de haine du corps ont laissé bien des séquelles dans le monde intellectuel contemporain, soi-disant libéré!


Une photo de statue



La photo du haut a été créée à partir d’une photo de statue, donc elle entrait dans les critères du « nu publiable sur Facebook »…

Commentaires

Articles les plus consultés