222) La forme du nageur sous l’eau

Archives, 06/10/2015 

L’art plastique est une question de formes et non de concepts 



Nageur sous l’eau, © Eric Itschert.


Voici un autre exemple de mon travail actuel, la forme du nageur sous l’eau. Dans les notes précédentes nous avons souligné que cette forme n’est pas la forme « réelle » (réalité en elle-même transitoire) mais une illusion d’optique qui en une fraction de seconde est destinée à disparaître. La forme du nageur sous l’eau est sans cesse en mutation. Dans ce cas-ci les courants d’eau créés par les mouvements du nageur ont engendré une magnifique spirale… 

Ce qu’on appelle « l’art plastique » est bel et bien une question de formes et non de concepts. La forme peut éventuellement nous amener à des concepts, mais c’est illusoire de croire que les concepts peuvent nous amener à des formes intéressantes. Réduire l’art au concept est l’appauvrir singulièrement, c’est réduire le tout à un des éléments constitutifs du tout. 


Dans le domaine de l'art, l'intellect n'est qu'une prison pour aseptiser et formater l'art à des fins spéculatives. L'Art authentique restera toujours de l'ordre du sensible, envers et contre toute tentative de redéfinition normative. 


Pourquoi se contenter d’emprunter un chemin d’idées ? Moi c’est corps et âme que je travaille, et c’est une voie spirituelle que j’emprunte. Elle passe à travers les formes prises par la matière… 


La peinture ne peut être trouvée en dehors de l’esprit 



Dans la citation qui suit, le terme « éléments » doit être lu comme on le fait en Extrême-Orient, parties constitutives de la matière. La citation est tirée de l’Avatamsaka-Sutra : 

Dans les éléments il n’y a pas de forme, 

Et pas de forme dans les éléments. 

Pourtant en dehors des éléments aucune forme n’existe. 

Dans l’esprit il n’y a pas de peinture. 

Dans la peinture il n’y a pas d’esprit. 

Pourtant la peinture ne peut être trouvée en dehors de l’esprit. 


Les formes et les éléments inter-sont 



Le moine bouddhiste Thich Nhat Hanh citant le texte précédent dans « L’Esprit d’amour » (Editions Pocket) continue : 

« Si vous regardez profondément, vous verrez qu’il n’y a pas de forme dans votre esprit, à moins que les éléments ne soient là, et qu’il n’y a pas d’éléments, à moins que les formes ne soient là. Les formes et les éléments inter-sont. L’un ne peut être sans l’autre ». 

Tout est interdépendant en ce monde...



forme, esprit, interdépendance, nœud sans fin
Nœud sans fin, photo © Eric Itschert

Commentaires

Articles les plus consultés