249) Sceaux avec faunes

Illustrations avec sceaux.


censure, Illustration numérique, sceaux, faunes, faune nu, faune, autocensure, roses,
Illustration avec empreinte de faune et roses


"Histoires de faunes" comporte un très grand nombre d'illustrations. Lorsque j'ai publié cette histoire sur mon ancien blog, j'ai pratiqué une certaine forme d'autocensure afin que le blog puisse rester accessible à tout le monde. Souvent c'était des papillons qui venaient à point nommé, mais aussi parfois d'autres éléments comme des sceaux sous forme de dessins sur-imprimés. La subtilité est d'amener papillons et sceaux de manière naturelle, afin que le lecteur s'y habitue. Cela permet d'éviter que ces éléments soient automatiquement associés à un geste d'autocensure, il fallait aussi les retrouver hors de tout contexte de censure.

Pour les sceaux j'ai abondamment puisé dans les illustrations d'Aubrey Beardsley, œuvres d'un anglais qui vivait à la fin du dix-neuvième siècle. Ces illustrations étaient réalisées "à la manière de" Burne-Jones. J'ai à mon tour réalisé des modifications si pas redessiné entièrement les illustrations utilisées, afin de réinterpréter ce travail. Pour composer certaines de mes illustrations numériques, le travail de Peter Greenaway fut une de mes lignes directrices. Ce travail comporte fréquemment des images dans les images. Comme Peter Greenaway, je suis fasciné par la relation qui peut exister entre le texte et le corps nu, entre l'oeuvre figurative et le nombre, ou encore entre la série et l'ordre de l'énumération. Certains éléments (roses, papillons, sceaux, ailes...) sont récurrents dans mes séries afin d'établir un lien entre elles. Mes illustrations ne sont pas que des illustrations, elles participent activement à l'élaboration et à la lecture symbolique de l'histoire.



censure, Illustration numérique, sceaux, faunes, faune nu, faune, Aubrey Beardsley, autocensure,
Iacchos/Florian changé en faune,
 roses exprimant la pureté de Iacchos/Florian malgré son état de faune,
écriture ancienne rappelant l'universalité dans le temps de son état à travers tous les êtres masculins
et empreintes de faunes.

Commentaires

  1. c'est très joli Eric j'aime aussi la manière pudique de ne pas heurter certaines sensibilités :)

    bon dim bisous ☺☺

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère nays! Et c'était un très bon dimanche: activités dans la vallée de la Meuse avec mon fils et un ami, beau soleil et température agréable! Bisous, très bonne semaine à toi!

      Supprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés